,

Les hôpitaux Sint-Rembert et Sint-Augustinus se partagent un puissant IRM… Amaron prend en charge les interfaces

MRI-scan_Veurne_Torhout

En juillet, deux hôpitaux belges, l’hôpital Sint-Rembert à Torhout et l’hôpital Sint-Augustinus à Veurne, ont conjointement mis en service un scanner IRM de 6 tonnes, produisant un champ magnétique d’une intensité de 3 Tesla. Plus le champ magnétique est puissant, plus les images sont précises, permettant à un stade précoce la visualisation d’anomalies dorsales ou cérébrales. Ce puissant scanner, installé sur le site de Veurne, a nécessité la construction d’un bunker afin de protéger les équipements électroniques de l’hôpital de l’impact du champ magnétique. Parallèlement, l’intégration des systèmes RIS et PACS des deux hôpitaux, issus de deux fournisseurs différents, devait être réalisée. Ce projet entrait parfaitement dans le champ d’expertise d’Amaron.

Dans la région, les patients se rendent à présent à Veurne pour passer leur IRM. Les radiologues de Sint-Augustinus et de Sint-Rembert se relaient de façon hebdomadaire pour lire les images mais, en officiant sur le site de Veurne, ils souhaitaient quand même pouvoir créer leurs comptes rendus dans l’environnement RIS/PACS qui leur était familier. Pour répondre à cette demande, les hôpitaux ont décidé de stocker l’ensemble des images et des comptes rendus sur les deux systèmes.

Etre prêt

En collaboration avec Amaron et les fournisseurs de PACS, GE Healthcare et Agfa HealthCare, les responsables des technologies de l’information et de la communication (TIC) de Torhout et de Veurne, Stefaan Bonne et Didier Boydens, ont pris en charge ce projet. La tâche n’était pas aisée : il fallait permettre l’échange des prescriptions d’examen et des comptes rendus de résultats d’IRM entre les deux PACS. Il était nécessaire, par exemple, de traduire dans les messages les données patients et cliniques, afin qu’elles puissent être mises en correspondance avec celles du système PACS parallèle.

« Chez Amaron, nous avons pris en charge le planning du projet, la distribution des messages entre les deux systèmes et leur traduction, » explique Sofie Neyrinck, responsable de projet chez Amaron. « Le projet s’est parfaitement bien déroulé, grâce à l’implication des équipes informatiques des deux hôpitaux. Ils disposaient des web services appropriés, et ont fait preuve d’une vision claire de la méthodologie à appliquer pour atteindre les objectifs d’intégration. Après une semaine de tests, nous avons pu passer en production. Au cours du projet, nous avons eu quelques réunions en présentiel mais tout a pu quasiment être géré à distance. »

_image001-png01d257b8-d5fcf710

 

 

« La complexité du paramétrage, avec deux fournisseurs de PACS et des logiciels/workflow différents dans les deux hôpitaux, faisait de ce projet un véritable challenge. En outre, la valeur critique des données patients administratives et cliniques de l’hôpital, exigeait de notre part la garantie d’une communication parfaitement fiable des données. Amaron a géré ce projet de façon très professionnelle et continue d’assurer un suivi quotidien. »

Didier Boydens, Responsable TIC, AZ Sint-Augustinus Veurne

Des coûts partagés

Les équipements médicaux complexes, tels que les IRM et PET scans, représentent des investissements considérables et la plupart des hôpitaux étudient la possibilité d’une collaboration pour partager les coûts induits.

Votre hôpital envisage un investissement partagé et souhaiterait une évaluation des options d’intégration ? Contactez-nous ! Nous pouvons élaborer une solution sur-mesure adaptée à vos besoins.