« Une infrastructure de soins connectée, comme facteur de connexion entre une multitude d’appareils, de flux de travail, etc., qui a pour but d’encourager le diagnostic, le suivi et la prévention, gagne du terrain dans les soins de santé.  » Telle est la conclusion d’une nouvelle analyse de Frost & Sullivan. Le même rapport révèle que les établissements de soins doivent encore faire beaucoup de progrès en matière de connectivité.

« Une telle infrastructure n’a des chances de réussir que si les intéressés veillent à ce que les normes d’interopérabilité et de connectivité soient respectées » affirment les chercheurs dans Healthcare and Medical Device Connectivity and Interoperability. Ils font en outre remarquer qu’une stratégie de soins numérique et holistique qui se focalise sur des modèles de soins intégrés fait défaut dans plusieurs pays, de sorte qu’il existe de grandes différences géographiques dans l’introduction d’une infrastructure de soins connectée.

« Plus de 50 % de tous les établissements de soins n’ont pas de feuille de route pour l’IT médical, même s’ils s’accordent pour dire que les systèmes numériques contribuent à rendre les soins plus efficaces » souligne Shruthi Parakkal, analyste pour Frost & Sullivan Healthcare Research. « Par conséquent, de nombreuses organisations ne parviennent pas à utiliser de façon optimale les normes existantes comme HL7, DICOM et Direct Project. »

Un autre problème est que les hôpitaux sont souvent obligés de mettre en œuvre des processus et des flux de travail à l’aide de mises à niveau et d’adaptations onéreuses du code et du logiciel. Ce processus devient de plus en plus complexe et les fournisseurs ne sont bien souvent pas en mesure de garantir l’intégration avec des appareils et des systèmes d’autres fabricants.

« Les hôpitaux et les prestataires de soins ont besoin d’urgence d’appareils et de systèmes IT connectés qui gèrent non seulement les données des soins, mais qui peuvent aussi réagir à la réglementation, par ex. sur le plan des dossiers de soins électroniques » fait remarquer Parakkal. « Cela explique pourquoi ils sont nombreux à faire appel à des concepteurs de solutions d’intégration ouvertes dans le secteur médical, qui permettent l’échange de données entre les systèmes de différents fabricants. »

Nous avons donc encore un long chemin à parcourir pour permettre la communication entre les appareils et les systèmes d’information, et mettre en place une meilleure connectivité. Petit à petit, les innovations technologiques dans les domaines du wi-fi, du Bluetooth et de la RFID (radio frequency identification) offriront cependant de plus en plus de possibilités. Les chercheurs prévoient, par ailleurs, que la focalisation croissante sur l’interopérabilité aura des répercussions sur les directives de la FDA. Cela favoriserait évidemment clairement la connectivité dans le secteur des soins…

Source: http://www.healthcareitnews.com/ (http://www.healthcareitnews.com/news/providers-dire-need-connectivity)