,

La gestion du matériel chirurgical emprunté vous donne la migraine ?

Peut-être avez-vous également connu la situation suivante. Un orthopédiste a besoin de matériel pour une opération de la hanche. En même temps que la commande des implants souhaités, il se procure les instruments nécessaires à l’intervention auprès du fournisseur. Mais au moment de l’opération, personne ne sait où se trouve le matériel, alors que le patient est déjà sur la table d’opération…

Cet exemple peut sembler exagéré, mais il n’est pas inconcevable qu’une telle situation puisse se produire dans la réalité. Et ce n’est qu’un exemple : tout au long du processus – de la commande au retour des instruments – certaines choses peuvent mal tourner.

Nous avons mis au point un processus basique dans Workflower qui vous permet d’éviter les nombreux pièges de la procédure. Pour affiner ce scénario, nous vous invitons à participer à une discussion et à réfléchir avec nous au cas idéal d’utilisation pour votre hôpital.

Meilleur suivi avec Workflower

Afin de mieux contrôler la processus du matériel chirurgical emprunté, nous avons créé un processus de base. Toutes les parties impliquées dans le processus reçoivent les informations dont elles ont besoin et savent quelles tâches elles doivent accomplir, par exemple :

  • Lorsqu’un chirurgien indique « prêt de matériel » dans le kit chirurgical, une commande est immédiatement envoyée à la pharmacie ou au système de commande de l’hôpital. Cette commande contient les références de traçabilité que le fournisseur doit appliquer aux jeux d’implants et d’instruments demandés.
  • Le fournisseur confirme quand le matériel sera livré et dans combien de boîtes il sera emballé.
  • À son arrivée à l’entrepôt, chaque boîte porte une identification indiquant à quelle opération (chirurgien, patient, date) le matériel est destiné.
  • Le magasinier enregistre la réception. Il contacte ensuite le SCS lorsque les instruments doivent être stérilisés (avec éventuellement une planification automatique dans le paquet SCS). Si le matériel est déjà stérile, il est amené directement au bloc opératoire.
  • Après l’opération, vous savez exactement quel matériel doit être renvoyé au fournisseur et le SCS sait quels instruments doivent être nettoyés.
  • Le fournisseur sait également quand il peut retirer le matériel de l’entrepôt.
  • La dernière étape consiste à enregistrer le départ du matériel et à le signaler à la pharmacie.

Tout au long du processus, l’information circule de manière fluide entre tous les services concernés. À tout moment, vous savez également où en est la commande et où se trouve le matériel : il y a une traçabilité complète de toutes les étapes. Les chirurgiens, votre personnel et, surtout, vos patients peuvent dormir sur leurs deux oreilles.

Une telle solution peut-elle également contribuer à résoudre certains des problèmes de votre hôpital ?

Voulez-vous réfléchir avec nous et élaborer le cas idéal d’utilisation pour votre hôpital ?

Prenez alors contact avec Sindy Vranckx, en téléphonant au +32 495 79 00 24 ou par e-mail à sindy@amaron.be. Elle planifiera un échange d’une à deux heures avec vous, une première étape vers plus d’efficacité.